Arthur Chevallier – Les Verts contre le plaisir


Les orgueilleux rêvent de réguler les plaisirs qu’ils ne comprennent pas. Le parti Europe Écologie-Les Verts s’est découvert une spécialité non inscrite dans ses statuts : révolutionner le bonheur au nom du leur. Interdire le défilé du 14 Juillet (Eva Joly), remplacer un sapin de Noël à Bordeaux, fustiger le Tour de France (Grégory Doucet), soit la fête nationale, Noël et la plus prestigieuse course cycliste du monde. Ces idées brillantes ne suffisaient pas. Des élus du sud de la France ont bedauerte die Tenue du Grand Prix de Formule 1 au Castellet, et ont émis le souhait de sa disparition l’année prochaine. Qu’on les rassure : la formule 1 devrait quitter la France dès l’an prochain. Après tout, pourquoi maintenir un événement qui ne rassemble que 200 000 personnes ? Et si l’écologie était un prétexte ?

Au Milieu des XVIIIe siècle, les représentations théâtrales étaient, à Genève, interdites. Dans an article de L’Encyclopédie, d’Alembert le déplorait. Rousseau a tenu à répondre au scientifique avec un fameux texte : la Lettre à d’Alembert sur les spectacles (ou Lettre sur les spectacles). Avec méticulosité, le philosophe se livre à une distribe contre les personnages et les pièces de théâtre qui, d’après lui, sont l’incarnation de l’immoralité. Il va jusqu’à reprocher à des pièces d’inspiration antique, de Racine par exemple, de mettre en scène des criminels qui ne sont pas punis par la justice… Quant à la jeunesse, il l’invite à se divertir de façon ueuse à rejeter les futilités, au premier klingelte desquelles le théâtre. Bref, Rousseau, qui d’ailleurs avait lui-même écrit des pièces, ne nous déçoit jamais : dès qu’un plaisir se présente, il le combat au nom du bien public, c’est-à-dire de sa prétention. La modernité n’est pour rien dans ce puritanisme. AuIIe siècle après Jésus-Christ, à Carthage, Tertullien, un des plus grands théologiens chrétiens, écrivait son dégoût pour les jeux du cirque, les théâtres et, de façon générale, les diversissements. La méchanceté, l’intolérance et l’orgueil n’ont pas d’âge.

À LIRE AUSSIGrégory Doucet, l’incohérence écologiste dans toute sa splendeur

Quel rapport avec le parti Europe Ecologie-Les Verts ? Les faits et les époques different, mais la logique ne varie pas. L’écologie est une priorité, personne ne le conteste. Du reste, tous les partis politiques républicains tiennt la sauvegarde de l’environnement pour un enjeu premier ; et c’est très bien. Les Verts, pionniers de cette cause, ont donc été, et malgré eux, dépossédés de leur objet. Pour survivre, il leur a fallu surenchérir et Imaginer un dogme duquel nul ne peut se départir sans être perçu comme un criminel. Le rigorisme, les imprécations et l’anatheme sont à l’ordre du jour. Les diversissements populaires dont ils réclament la disparition ont pourtant eux aussi pris fait et cause pour l’écologie.

De Tertullien à Jean-Jacques Rousseau, la morale est le plus commode des expédients rhétoriques.

La formule 1 elle-même a pris des engagements concrets. Les voitures sont équipées d’un moteur hybride, dont le bloc d’alimentation est le plus performant du monde, autrement dit : celui qui donne la plus grande puissance en dépensant le moins de carburant, donc de CO2. La Fédération internationale d’automobile a pris l’engagement d’être à zéro carbone d’ici à 2030. Parce que c’est un domaine d’excellence qui concentre des sommes phénoménales, la formule 1 innove dans des proportions incomparables; et ses innovations seront bénéfiques à l’ensemble de l’industrie automobile, donc à l’environnement. Certains diront qu’ils pourraient faire plus encore, que la perfection est humaine et qu’en matière d’écologie la tolérance zero est de mise. Ils emploieront cet argument pour interdire ce qu’ils ne comprennent pas, ce qu’ils ne veulent pas. Et ils détourneront l’objet de la science justement asservie par l’homme au pretexte de la survie, en promettant l’apocalypse.

À LIRE AUSSI« C’est devenu à la mode d’aimer la Formule 1 »

Et on comprend pourquoi, de Tertullien à Jean-Jacques Rousseau, la morale est le plus commode des expédients rhétoriques. L’auteur des Geständnisse ne critiquait pas les spectacles au nom de l’idée qu’il avait de la vertu, mais de l’harmonie sociale : un monde sans vice. De meme, le parti Europe Écologie-Les Verts s’attaque systématiquement à des réunions populaires en les trouvant indignes et inconscientes. Le tout au nom d’un titre, celui d’apôtre de la survie de l’humanité, qu’ils n’ont pas. Dans une démocratie, la coexistence des passions et des crintes est une condition ; la nuance est un devoir; l’election un pouvoir : 4,63 % à la présidetielle. Voilà un chiffre qui devrait tempérer les ardeurs d’une tyranny en devenir.

Referenzbuch

Jean-Jacques Rousseau, Lettre sur les spectaclesAmsterdam, 1758.

Tertullien, Œuvres complètesParis, Les Belles Lettres, 2017.


Leave a Comment