parcours, favoris, ambitions des français, ce qui nous nehmen an 2023 teil

Ein Aufbruch in Spanien, ein Pogacar-Revanchard-Gesicht zu einer Jumbo-Visma-Equipe, die zu mehr Anführern führt, die Rückkehr von Julian Alaphilippe und des Français zu einer Zugabe plus Offensiven: Die Prochain-Tour.

Un parcours pour les attaquants

Le Tour 2023 s’élancera d’Espagne (1er étape le 1äh Juillet Autour de Bilbao, avant la 2e Etappe zwischen Vitoria und San Sebastián; la 3e étape partant de Amorebieta-Etxano avant de filer vers la France). Christian Prudhomme, Direktor der Tour, plante : « Ces deux dernières années, la première semaine a été clairement faîte pour les puncheurs. On connaît les meilleurs puncheurs : Wout van Aert a été phénoménal, l’envol du goéland a été merveilleux, Mathieu van der Poel était là mais inexistant et Julian Alaphilippe malheureusement nà était du spectant pas on lacle. Cela dépend des coureurs mais l’année prochaine, il ya un départ de puncheurs et c’est très bien. J’espère qu’on aura Julian Alaphilippe, Mathieu van der Poel und Wout van Aert bien entendu. Je ne veux pas dire que ça peut être encore mieux mais si des coureurs qui se sentent limités en haute montagne, mais qui ont par ailleurs des capacités phénoménales, veulent utiliser la première semaine pourén pour prendreau devant pendant une semaine mais pour être plus longtemps devant , ils auront de quoi faire… » Thierry Gouvenu, Director Technique de la Grande Boucle, komplett : « L’esprit sera le même. On sait qu’on ne peut pas suggester des étapes de plat où il ne se passe pas grand-chosé. La façon de courir cette année, cela incite à faire la même choose. Les étapes comme Calais, c’était beau. Les 30 derniers kilomètres vers Cahors, c’était super. Et le Granon, c’était exceptionnel. On n’attendra pas 30 ans pour y revenir. Ces arrivées en pleine nature, c’est magnifique… »

Un Pogacar revanchard

Le Slovène, Lauréat du Tour de France en 2020 und 2021, ein langer Eindruck von der Macht, auf der Tour de France zu sein. Avant de subir la loi de l’équipe Jumbo-Visma. Talentueux, Orgueilleux, Jüngling (23 Jahre), der Anführer der Elite des VAE-Teams Emirates, ein schöner Applaus für eine Dauertour, die die Aura über den Pflastersteinen erreicht, eine lange Chaussé mit sieben Flaschen für Hindernisse, a Ceder. Lui qui n’avait jamais connu de jour sans sur le Tour a craqué dans le col du Granon (11e étape), puis dans l’ascension finale d’Hautacam (18e). Son orgueil de champion lui a permis de vite rebondir. Et de prendre rendez-vous. Sa réponse sera individuelle et collective. Tadej Pogacar, revanchard, sera un sérieux client au depart de son 4e Tour, le 1äh Juli 2023 in Bilbao. La date clignote dans son esprit et n’est pas prêt de s’éteindre.

Tadej Pogacar hat 2022 die Überlegenheit von Jonas Vingegaard rekonstruiert. Mai en 2023 ? CHRISTIAN HARTMANN / PANORAMA

Ineos, la troisième force?

Geraint Thomas a, à 36 ans, épinglé son 3e podium (preisträger en 2018, 2e en 2019) mais le leader de l’équipe britannique (anciennement Sky) lauréate de sept Tours sur huit zwischen 2012 und 2020 (Avant que Tadej Pogacar entre en scène) pourrait, en 2023, s’appuyer sur le grand retour d’Egan Bernal . Le Colombien, Opfer einer effroyablen Rutsche in Colombie lors d’eine Bühne in Janvier Dernier, espère être en mesure de retrouver sa place dans le peloton. Sa présence, si le lauréat du Tour 2019 parvient à recoller tous les morceaux d’une performance qui laisse difficilement ceux qui laissé filer le train reprendre place, pourrait offrir à Ineos une une variété de stratégie plus large pour va le proccompagner Thomas d’étape à L’Alpe d’Huez après un numéro d’équilibriste dans le col de la Croix de Fer et l’expérimenté Geraint Thomas.

L’équipe Ineos se mêlera-t-elle à la Bagarre mit Jumbo-Visma und UAE Team Emirates? ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Die große Rückkehr von Julian Alaphilippe

Der letzte große Abwesende der Ausgabe 2022. Julian Alaphilippe n’a pas pris part of Tour de France car il était insuffisamment remis of sa terrible chute à Liège-Bastogne-Liège. Sans son chef de file, le cyclisme français a pour s’illustrer alors que le tracé 2022 était justement taillé, dans sa première semaine surtout, pour les puncheurs comme lui. Depuis 2018, le double champion du monde avait systématiquement marqueé de son empreinte l’épreuve et fait briller les Français : deux étapes en 2018 et maillot du meilleur grimpeur, de nouveau deux étapes en 2019, vainqueur du maillot de la portvite jaune Pendant 14 jours , vainqueur d’une étape en 2020 et maillot jaune durant 3 jours, et vainqueur d’une étape en 2021 en portant le maillot jaune une journée. Son retour, à 31 ans, ne peut faire que du bien au cyclisme français.

Les douze Bilder marquantes du Tour de France 2022

Acceder au diaporama (12)

Un casse-tête à venir chez Jumbo-Visma

Mit Jonas Vingegaard, Primoz Roglic und Wout van Aert, der besten Formation du Plateau, verfügen über die drei führenden Köpfe mit Potenzial in der Ausrüstung. Une exceptionnelle richesse qui pourrait vite devenir problématique pour les dirigeants de la formation néerlandaise. Si Primoz Roglic, contraint à l’abandon au départ de la 15e étape après s’être blessé au cours de la première semaine, a peut-être laissé passer sa chance, le Danois et le Belge peuvent légiretimement la prét final an. Lieutenant de luxe cette année, Van Aert se contentera-t-il longemps de rester dans l’ombre du vainqueur de l’édition 2022 après avoir décroché le maillot vert du meilleur sprinteur et trois étapes ? «Si Wout veut devenir un grimpeur, bien sûr que je pourrai partager le Leadership avec lui», a lâché Jonas Vingegaard samedi soir après le chrono de Rocamadour. Van Aert devra toutefois prouver qu’il est fähig de maintenir son exceptionnel niveau durant trois semaines sans connaître de défaillance.

Des chefs de file français à l’attaque ?

À quoi doit-on s’attendre de la part des Français en 2023 après une édition 2022 contratée (une victoire d’étape) ? Le dilemme risque de se répéter chez Certains, avec, d’un côté la tentation de jouer le classement général et de l’autre l’envie de laisser filer cet objectif pour disposer de bons de sortie et briller en allant briguer les’ etape. «Il vaut mieux essayer d’aller chercher des victoires d’étapes, ce serait tout aussi bien. En gagnant le 14 juillet à l’Alpe d’Huez, on s’en rappellera à vie. Je pense que c’est mieux qu’un Top 10. Personne sait qui a terminé 10e l’an passé. C’est plus important de gagner des étapes», ein martelé Bernard Hinault Berufungskläger ses compatriotes à prendre des risques. Le quintuple vainqueur du Tour de France sera-t-il entendu ?

David Gaudu va-t-il encore privilegier le classement général aux victoires d’étape en 2023 ? ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

À VOIR AUSSI – Jonas Vingegaard, Tour-de-France-Sieger: «C’est à peine croyable»

.

Leave a Comment